Trump-Netanyahou : les murs de la honte

Si Trump est un maître du genre, Netanyahou lui aussi sait utiliser Twitter pour exprimer sa pensée. D’un tweet bien balancé, il a célébré cette brillante idée de l’ami américain : la construction du Mur à la frontière avec le Mexique. Cette mesure a choqué le monde entier et valu à Trump une protestation de la communauté juive du Mexique et une condamnation du maire de Berlin qui sait d’expérience ce que signifie un Mur.

Mais peu importe à Netanyahou, trop heureux de pouvoir afficher sa communauté de vue avec Trump : un Mur du même type a permis à Israël de bloquer toute arrivée de migrants venant du Sinaï. Bravo donc à ceux qui suivent l’exemple israélien !

Il oublie de dire que l’autre Mur, construit sur des terres palestiniennes volées au prétexte de la sécurité et condamné par la Cour internationale de Justice, qui pourrit la vie quotidienne de centaines de milliers de Palestiniens est chaque jour contourné par de nombreux Palestiniens qui vont travailler en Israël au péril de leur vie.

Israël, passé maître dans la violation des Conventions de Genève, a trouvé à Washington un acolyte à sa mesure. Nul doute que Netanyahou brûle d’envie de le féliciter aussi pour son décret anti musulmans, même s’il en est empêché par le tollé général soulevé sur toute la planète.

Il vient le 29 janvier d’inviter l’ensemble des pays ayant leur ambassade à Tel Aviv à la transférer à Jérusalem. Pas sûr qu’il convainque facilement les Mexicains, auxquels il a refusé de faire des excuses, de procéder à ce transfert pour la seule satisfaction de se retrouver ainsi, pour une fois, du supposé « bon côté » du Mur !

Le Bureau national de l’AFPS

lundi 30 janvier 2017

Vous aimerez aussi...