Reconnaissance de l’Etat de Palestine : Lettre adressée au MAE

Luxembourg, le 29 novembre 2017

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes
Jean Asselborn

Monsieur le Ministre,

Aujourd’hui 29 novembre 2017, 70 années se seront écoulées depuis l’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies de la résolution 181, qui prévoyait la création en Palestine d’un « État juif » et d’un « État arabe », l’Etat de Palestine.

En décembre 2014, la Chambre des députés a invité le gouvernement du Luxembourg à « Reconnaître formellement l’Etat de Palestine dans les frontières de 1967 uniquement modifiées moyennant accord des deux parties, au moment qui sera jugé le plus opportun ».
Suite à l’adoption de cette motion, vous déclariez à paperjam que «la reconnaissance devrait être vue comme un moyen d’exercer une très grande pression sur les deux principaux acteurs pour reprendre les négociations de paix». La résolution 2334 du Conseil de Sécurité a condamné en décembre 2016 la construction et l’extension des colonies qui mettent « gravement en danger la viabilité de la solution à deux États ». Mais fut-elle autre chose qu’un cadeau d’adieu du président Obama, foulé au pied par la nouvelle administration américaine?

Vous avez estimé qu’une reconnaissance de la Palestine serait contreproductive au moment de la tentative française pour relancer les négociations de paix lors de la conférence de Paris en janvier 2017. Or, nous savons aujourd’hui que cette tentative a tragiquement échoué et qu’aucune perspective sérieuse de relance de ces négociations ne se présente avec l’administration du Président Donald Trump.

La Palestine devient une véritable peau de chagrin, les Palestiniens des hommes et des femmes livrés sans protection à l’arbitraire d’un occupant qui bénéficie non seulement de l’impunité la plus totale mais exporte pour son plus grand bénéfice son modèle sécuritaire dans nos démocraties, un modèle sécuritaire testé sur la population palestinienne.

Monsieur le Ministre, n’estimez-vous pas que le moment opportun est venu pour le Luxembourg de reconnaitre l’Etat de Palestine et d’entrainer dans son sillage de petit mais tenace pays fondateur de l’Union européenne d’autres pays membres, sur la voie tracée par la Suède ?

Vous remerciant pour votre engagement en faveur de la justice et des droits des Palestiniens, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, mes chaleureuses salutations.

Martine Kleinberg, Présidente

Vous aimerez aussi...