Nous ne nous satisfaisons pas du statu quo. Nous ne nous habituerons pas à l’injustice.

A la presse luxembourgeoise,

Il y a un an, plus de 2200 personnes dont 550 enfants sont morts sous les bombes lancées sur Gaza et les Gazaouis par l’armée israélienne. En 51 jours, cette armée qui se dit « la plus morale du monde » a lancé 20.000 tonnes d’explosifs sur une population assiégée et enfermée. Le blocus illégal et inhumain imposé unilatéralement par Israël enferme 1,8 million de personnes sur une bande de terre étroite avec un taux de densité de peuplement des plus hauts dans le monde. Les Gazaouis ne peuvent fuir nulle part.

Nous appelons le Luxembourg, qui assume actuellement la Présidence du Conseil de l’Union Européenne, à donner des impulsions dans la bonne direction :

–  Arrêter d’équiper une armée qui occupe un peuple sans armée. 13 pays de l’Union Européenne coopèrent militairement avec Israël, en particulier la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne, la Pologne et la Belgique. La valeur des licences d’exportation d’armes vers Israël émises par des gouvernements de l’UE est passée de 157 millions d’euros en 2011 à 630 millions en 2012, soit une augmentation de 290 %. Signalons que la société israélienne d’armement militaire Elbit dispose d’une succursale au Luxembourg et que Elbit a été exclue de l’accès au Fonds de pensions du Luxembourg pour la simple raison « qu’elle fournissait des systèmes de sécurité au mur israélien illégal construit en grande partie dans les Territoires Palestiniens Occupés ». La cohérence voudrait que le gouvernement luxembourgeois n’accepte plus la présence de telles entreprises sur le territoire du pays aussi longtemps qu’elles continuent leur soutien direct à l’occupation de la Palestine.

–  Cette coopération militaire des Européens se réalise en violation d’un Code de conduite de l’Union européenne, devenu position commune en 2008 et par là juridiquement contraignant. Selon cette position commune, « Les États membres sont déterminés à empêcher les exportations de technologies et d’équipements militaires qui pourraient être utilisés à des fins de répression interne ou d’agression internationale, ou contribuer à l’instabilité régionale » Parmi les huit critères y énumérés figure « le respect des droits de l’homme dans le pays de destination finale » et « le respect du droit humanitaire international par ce pays ». Un autre critère fait état de la «  préservation de la paix, de la sécurité et de la stabilité régionales ». Les positions habituellement tenues par le Luxembourg dans le cadre du conflit israélo-palestinien (entre autres : les colonies sont l’un des principaux obstacles à la paix – le siège de Gaza doit cesser …) devraient logiquement conduire celui-ci à proposer à l’UE un embargo total sur les armes et les technologies militaires ou à usage militaire à destination d’Israël ou à destination de l’UE en provenance d’Israël aussi longtemps que cet État continue de violer impunément le Droit international.

 

L’article 2 de l’Accord d’Association entre l’UE et Israël

engage les deux parties à respecter les droits de l’homme.

Le non-respect de cette clause devrait amener la suspension dudit accord

jusqu’à nouvel ordre (respect des droits de l’homme et du droit international).

Vous aimerez aussi...