Noël et les produits des colonies israéliennes illégales dans nos rayons

Noël approche, la période faste de la consommation bat son plein. Le Comité pour une Paix Juste au Proche-Orient veut une fois de plus mettre en garde les consommateurs contre les effets néfastes que peuvent avoir leurs choix de consommateurs et leur proposer d’agir à leur niveau.

Outre leur caractère non écologique (transports polluants et coûteux), beaucoup des produits commercialisés proviennent de régions où les conditions de production et de travail sont profondément dégradées et injustes. Beaucoup de consommateurs sont attentifs dans le choix de leurs achats à ne pas favoriser ce genre de produits. Il en va ainsi de la Palestine, qui, à ce jour, reste occupée et colonisée par Israël. Dans ces colonies, toutes illégales selon le Droit international, des fruits, des légumes et de nombreux autres biens de consommation sont produits dans des conditions totalement illégales : conditions indignes de travail, vol de terres, vol de l’eau, vol de l’air, vol de pétrole, vol de gaz, bref, vol de toutes ces ressources nécessaires pour faire pousser des fruits et légumes et pour que se développe une économie palestinienne autonome.

Dans le domaine des fruits et légumes, la majorité des herbes exportées par Israël ou encore 51% des dates Medjool sont produits dans la vallée du Jourdain occupée. Une grande partie des pamplemousses, des agrumes, des raisins et autres fruits et légumes sont issus de ces terres palestiniennes spoliées. La plupart des produits de beauté Ahava commercialisés chez nous proviennent de l’extraction de boues et de sels minéraux de la Mer Morte depuis la colonie de Mitzpe Shalem et sont mensongèrement importés comme « produits de la Mer Morte – Israël ». Les gazéificateurs de la marque SodaStream sont fabriqués dans la colonie de Mishor Edomim.

Les consommateurs ne sont pas seuls à porter une responsabilité et à pouvoir réagir. Depuis deux ans, le CPJPO cherche à approcher les commerçants. Cependant, nous sommes au regret de constater aujourd’hui qu’aucune des grandes surfaces n’a donné suite à nos interpellations, pourtant basées sur des rapports sérieux d’organisations israéliennes, palestiniennes et internationales. À part une chaîne biologique, toutes ont fait le choix de continuer la politique de l’autruche et de nous répondre qu’ils « ne font pas de politique », alors qu’il s’agit d’abord et avant tout de droit international et des droits de l’homme. La plupart répètent en cœur qu’ils reçoivent des garanties de leurs fournisseurs israéliens selon lesquelles ces produits viendraient du territoire israélien. Ils ignorent ou feignent d’ignorer que les Israéliens jouent avec la notion très élastique de « territoire israélien », manipulent l’étiquetage des produits, les commercialisent sous une fausse étiquette et, ce faisant, bénéficient illicitement de détaxations importantes à l’exportation, avec la complicité de la communauté internationale et des Etats européens.

Ce mercredi, la chambre des Députés a voté une motion invitant le gouvernement luxembourgeois à reconnaître la Palestine. En fait, en reconnaissant l’Etat de Palestine dans les frontières de 1967, le Parlement a rappelé à l’Etat israélien où se trouvent ses véritables frontières …

En refusant d’acheter les produits de l’occupation et de la colonisation israéliennes, nous rappelons nous aussi à cet État et aux autorités politiques du Luxembourg et de l’UE qu’on ne vole pas impunément la terre des autres et que les Palestiniens ont un droit souverain sur leurs propres ressources.

Le Comité pour une Paix Juste au Proche-Orient, les sections de l’Association France Palestine Solidarité de Metz, Thionville et Villerupt et le Collectif BDS Metz 57 rediront cette interpellation et referont cet appel aux consommateurs et aux surfaces commerciales, le samedi 20 décembre à partir de 10h30 dans le centre ville de Luxembourg, le mardi 23 décembre à partir de 13h chez Carrefour à Thionville et à partir de 16h chez Auchan à Mont Saint Martin.

Vous aimerez aussi...