Lettre du CPJPO au Ministre des AE, concernant les incursions de plus en plus fréquentes de l’armée israélienne dans les maisons de réfugiés du camp de Jénine

Luxembourg, le 27 octobre 2017

À Monsieur Asselborn,

Vice Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères

 

Monsieur le Vice-Premier Ministre,


Monsieur le Ministre des Affaires Étrangères,

Cher Monsieur Asselborn,

Concerne : Incursions de plus en plus fréquentes de l’armée israélienne dans les maisons de réfugiés du camp de Jénine – danger pour les personnes et le projet de développement mené par le CPJPO avec notre partenaire local, l’association Not to Forget

Nous voudrions d’abord remercier sincèrement le ministère luxembourgeois des Affaires étrangères et le Gouvernement de notre pays de s’être associés à plusieurs autres pays européens pour réclamer des dommages au Gouvernement israélien suite à la destruction par l’armée israélienne de diverses structures scolaires palestiniennes financées par ces pays dont le Luxembourg. Nous saluons cette initiative, qui n’est que juste et place, à notre connaissance, pour la première fois, Israël devant ses responsabilités.
Il s’agit là de bâtiments, de l’ordre du matériel. Cependant, il y a plus grave. Monsieur le Ministre, vous êtes certainement informé du fait que, régulièrement, l’armée israélienne s’attaque aussi à des écoles et à des écoliers, jusque dans l’enceinte de ces écoles, y jetant des grenades lacrymogènes, etc.
Cette fois, nous tenons à vous faire savoir que l’armée israélienne multiplie depuis plusieurs semaines ses incursions dans le camp de réfugiés de Jénine, dans les maisons des familles palestiniennes, que les soldats y démolissent tout ce qu’ils trouvent et laissent les lieux dans un véritable état de désolation. Ils y laissent surtout des familles entières, les enfants et les jeunes dans des conditions physiques et psychologiques qui les marquent en profondeur pour de longues périodes de leur vie; ils emmènent régulièrement certains de ces enfants et de ces jeunes en prison, sans aucun chef d’accusation ou avec des accusations invraisemblables.
Mostahm Salameh, maman belgo-palestinienne de Jénine, est coordinatrice du projet de soutien psycho- social que nous développons depuis 7 ans maintenant avec l’association locale Not to Forget et la Direction de la Coopération de votre ministère. Elle vient de nous informer par E-mail et de confirmer par téléphone les faits suivants :

« Le mois d’octobre se marque par une dégradation très grave de la situation sécuritaire dans le camp. En effet, les incursions se font plus violentes et elles visent directement les enfants entre 14 et 17 ans (dont une grande partie ont participé aux ateliers psycho-sociaux). Les éducatrices suivent de près ces nouvelles agressions et elles visitent les familles visées.
Depuis deux semaines, les soldats rentrent dans les maisons avec leurs chiens, ils terrorisent les enfants, détruisent tout ce qu’ils peuvent, volent s’ils trouvent de l’argent, frappent violemment les jeunes et les emportent devant les yeux du reste de la famille.
La nuit dernière, ils sont venus arrêter Islam Dabaya (le jeune dont j’ai parlé il y a quelques mois et qui s’est retrouvé les tripes à l’air). Ils l’ont arraché de sa maison alors que sa situation de santé reste très très critique. En pièces jointes, quelques photos de Islam et de l’incursion de sa maison.
Toute l’équipe de NTF et les familles du camp sont à bout … ».

Nous avons prévenu l’ambassade de Palestine pour l’Union européenne, la Belgique et le Luxembourg, pour qu’elle informe de ces faits le Président Mahmoud Abbas et lui demande d’intervenir auprès des autorités israéliennes.
Nous nous permettons de vous exprimer la même demande, Monsieur le Ministre, que vous interveniez auprès des autorités israéliennes pour condamner dans les termes les plus clairs de telles agressions, totalement non fondées, mais qui font partie du plan israélien de domestication et d’anéantissement moral des populations palestiniennes. Ces jeunes, ces enfants et ces familles sont les « bénéficiaires » directs du projet que nous menons avec les réfugiés du camp de Jénine. Ils méritent notre protestation plus encore qu’à l’encontre de la destruction d’infrastructures matérielles. À travers les jeunes et les enfants, c’est l’avenir de la Palestine qui est ainsi gravement mis en péril. En annexes (documents attachés, vous trouverez quelques photos de l’incursion dans la famille de Islam Dabaya).
Le 2e projet que nous menons depuis 2010 vient de s’achever. Un 3e projet a été soumis à la Direction de la Coopération. Il pose quelques problèmes formels et techniques, que nous espérons résoudre dans les prochains jours avec les fonctionnaires concernés. Le staff et les éducatrices du projet à Jénine – vous venez de le lire – sont sur les genoux. Ce ne serait pas le moment d’interrompre, ne serait-ce que deux ou trois mois, le travail de longue haleine commencé. Le processus actuel de dégradation le rend d’autant plus important et urgent.
Nous espérons, Monsieur le Ministre, que vous pourrez rapidement intervenir en soutien à ces populations de réfugiés qui souffrent physiquement, moralement, psychologiquement depuis des décennies et auxquelles l’État israélien ne reconnaît et ne respecte aucun droit, malgré ses obligations internationales. À l’avance, nous vous en remercions très sincèrement et vous prions d’agréer l’expression de notre haute considération.

Martine KLEINBERG, président
Michel LEGRAND, pour Monique LANGEVIN, responsable du projet, à l’étranger

Vous aimerez aussi...