La Flottille pour Gaza II empêchée d’appareiller des ports grecs!

Le Comité Pour une Paix Juste au Proche Orient (CPJPO) exprime sa profonde indignation face à la décision du gouvernement grec d’interdire le départ de la Flottille pour Gaza II destinée à apporter de l’aide humanitaire à une population assiégée et démunie et à briser son isolement. Après cette annonce, le 1er juillet, M. Netanyahou a félicité M. Papandréou ainsi que « tous les responsables politiques du monde d’avoir récemment pris position en paroles et en actes contre cette flottille qui était une provocation ». Le gouvernement grec, fragilisé par la crise financière, aurait donc cédé aux énormes pressions de la part d’Israël, des Etats-Unis et sans doute de plusieurs pays européens – qui ont fait suite à une campagne honteuse de diffamation et d’actes présumés de sabotage – agissant ainsi à l’opposé du sentiment de sa propre population.

Or, la flottille est l’expression non violente de citoyens de 22 pays qui ont décidé de défier au péril de leur vie la violence dont le gouvernement israélien les menace et à laquelle il eut recours il y a un an, tuant neuf personnes embarquées sur la Flottille pour Gaza I. La démarche de la flottille, loin d’être une provocation, répond de manière citoyenne à la provocation permanente que constituent l’occupation et la colonisation des Territoires palestiniens ainsi qu’au blocus des 1,5 millions de Gazaouis depuis 5 ans par l’Etat d’Israël. Le CPJPO s’associe pleinement à cette initiative. Certains de ses membres s’étaient portés volontaires pour embarquer mais n’ont pu obtenir de place.

La décision grecque vient juste après l’octroi du plan d’aide européen. Le Ministre des Affaires Etrangères français Juppé a indiqué que les participants français ne bénéficieraient pas de la protection française en cas d’attaque des Israéliens. Par ces gestes, nos gouvernants cautionnent une politique israélienne injuste, illégale et inhumaine, permettant au blocus, non seulement de continuer, mais de s’étendre … jusqu’à la Grèce, ceci en contradiction flagrante avec les positions verbales officielles de l’UE. Ils nous en rendent collectivement complices.

Le CPJPO demande au gouvernement luxembourgeois d’exprimer publiquement sa position sur cette question. Il demande aux citoyens d’interpeller leurs représentants. La flottille est prête à appareiller. Apportons-lui notre soutien.

Vous aimerez aussi...