Guerre contre Gaza : Déclarations lors de la 3ème « Marche silencieuse » en solidarité avec Gaza

  • Intervention de Jean-Luc Karleskind devant l’ambassade de France

Jean-Luc Karleskind est citoyen français

Chers amis, chers citoyens, chères personnes de conscience qui êtes venues exprimer votre solidarité avec nos soeurs et frères en humanité de Gaza martyrisés une nouvelle fois par l’armée israélienne :

Nous sommes ici devant l’ambassade de France. A ce pays qui est le mien, nous voulons dire notre indignation, notre révolte face au comportement de ses dirigeants sur cette question. En apportant son soutien à la nouvelle punition militaire de la population de Gaza que projetait les Israéliens, François Hollande ne pouvait ignorer le prix que paierait les civils, enfants, femmes, vieillards. Les exemples précédents d’opérations militaires israéliennes de janvier 2009 et novembre 2012 ne sont pas si anciens pour que l’abjection de ce qui se déroule sous nos yeux horrifiés ne pouvait être anticipée. En paroles et plus important en actes, la France conforte les dirigeants israéliens dans leur folie. Oui folie, car comment les Israéliens peuvent-il espérer qu’ils pourront bombarder tout un peuple dans la soumission à un sort indigne, à une vie qui n’est pas digne d’être vécue? On peut tuer et torturer les meneurs mais si on ne supprime pas les causes du soulèvement, d’autres viendront remplacer ceux qu’on aura tués. Et les dégâts collatéraux que l’on aura causés rendront les nouveaux encore plus déterminés et encore plus désespérés.

La France a déjà commis l’erreur de croire qu’elle pourrait maintenir tout un peuple dans la discrimination et la soumission par le recours à l’armée, la torture, la violence. C’était en Algérie il y a 60 ans. A l’oeuvre la même logique coloniale que celle qui prévaut pour Israel d’une conception de l’humanité selon laquelle tous les hommes sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres. 

En contradiction avec nos valeurs proclamées de liberté, d’égalité et de fraternité, la France s’est déshonorée alors, comme elle s’est déshonorée en ce mois de juillet 2014. Ajoutant l’ignominie au déshonneur, le gouvernement français a interdit des manifestations citoyennes en associant de manière fallacieuse l’antisémitisme bien sûr condamnable et la critique légitime d’un Etat pour son opération militaire frappant massivement des civils. 

Pourtant, en 1967, la France a su décréter un embargo sur les ventes d’armes à Israel après la guerre des 6 jours. Elle a aussi su dire non à l’invasion étasunienne de l’Irak en 2003. A chaque fois, il est vrai qu’elle a dû en payer le prix diplomatique et politique. On ne s’oppose pas impunément au consensus des dirigeants occidentaux, aujourd’hui moins que jamais. 

La résistance à l’ordre établi a un prix. Ce prix, certains Français comme certains Luxembourgeois ont accepté de le payer en résistant à l’occupant. Ils sont aujourd’hui l’honneur de leur pays. Comme sont aujourd’hui l’honneur de leur pays, ces Israéliens qui résiste à ce qui est en train de se passer. Très peu nombreux, il leur faut un courage immense pour dire la voix de la paix. Certains sont venus nous voir à Luxembourg. Laissez-moi citer ici Michel Warschawski, Gideon Lévy, Amira Hass, Daniel Barenboim, Nourit Pelet, Jeff Halper, Ilan Papé. Nous sommes solidaires avec vous, aussi, et vous rendons hommage ici. 

Nous appelons les dirigeants français à revenir à l’idéal qui fonde notre nation. Pour le bien et la survie d’Israël dont nos dirigeants prétendent se préoccuper, il faut agir enfin pour contraindre les Israéliens  à envisager sérieusement les nécessaires concessions menant à la paix. 

Il ne suffit pas, M. Hollande, d’un cessez-le-feu pour que cesse la violence. La violence quotidienne à laquelle sont soumise les palestiniens, blocus à Gaza, occupation militaire en Cisjordanie avec son cortège d’iniquités grandes et petites doit cesser, aussi, pour que ne se répète pas avant fin 2015 une nouvelle opération militaire israélienne sur Gaza. Il faut le dire et il faut agir.

L’Union Européenne a une série de mesures évidentes à prendre au premier rang desquelles la suspension de l’accord d’association. Il y a quelques jours, aux Nations Unies, la France s’est abstenue avec ses partenaires occidentaux lors du vote établissant une commission d’enquête internationale sur les éventuels crimes de guerre commis à Gaza. Cette politique de soutien aveugle à Israël doit cesser pour le bien même d’Israël. En effet, chacun sent la vague grandissante d’indignation du monde devant ce qui se passe. Israel a perdu la plus grande partie de son capital de sympathie. Le 13 juillet 2014, dans le journal Haaretz Gideon Lévy ressortait son texte de 2006 sur la tentation du suicide collectif duquel il craint, la mort dans l’âme, qu’Israel ne soit la proie.

Nous demandons ici que la France retrouve l’esprit qui la fit se lever contre l’oppression et la tyrannie, l’esprit de la révolution qui fait sa grandeur. Il n’est pas trop tard. Chaque fois que la France fut très bas et elle est très bas aujourd’hui, elle a su trouver la force de redresser la tête.

France, redresses la tête !

  • Intervention de Jean Feyder devant l’ambassade d’Allemagne

Jean Feyder est auteur de livre, ancien diplomate, membre du CA du CPJPO

Stop a toute coopération militaire européenne avec Israël

Les crimes commis par Israël ces dernières semaines n’auraient pas été possibles sans les complicités des Etats occidentaux. Claude va vous parler plus tard sur les complicités énormes des Etats-Unis. Je voudrais dire un mot sur celles, militaires, de l’Europe.

Déjà lors de la manifestation à Esch, je vous avais parlé de la coopération entre l’UE et Israël dans le domaine de la recherche et qui donne accès à Israël à des moyens financiers considérables fournis par le contribuable européen et donc aussi luxembourgeois. Cette recherche porte officiellement sur le domaine civil, mais cela inclut la sécurité avec toute sorte de ramifications dans le domaine militaire. Dans l’appel adressé au gouvernement, nous demandons l’arrêt de cette coopération.

De graves complicités de l’Europe se situent également au niveau militaire. Une coopération militaire avec Israël est menée en particulier par la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. La valeur des licences d’exportation d’armes vers Israël émises par des gouvernements de l’UE est passée de 157 millions d’euros en 2011 à 630 millions en 2012, soit une augmentation de 290 %. Certains estiment que la valeur réelle de cette coopération s’élève à des milliards d’euros et non pas à des centaines de millions.

La coopération militaire, surtout nucléaire, s’est développée entre la France et Israël à partir de 1956. Elle a été suspendue sous de Gaulle en 1967 avant d’être relancée sous le Président Sarkozy. Un des empires économiques en France est le groupe Lagardère. C’est d’abord un empire médiatique. Ce groupe contrôle des télés comme MCM, des radios comme Europe 1, RMF, des quotidiens comme France Dimanche, le Journal du Dimanche, Nice-Matin, des magazines, comme Paris Match, Marie-Claire, Télé 7 Jours, Elle, des maisons d’édition comme Hachette et Grasset.

Mais Lagardère est aussi un énorme marchand d’armes avec EADS, principal consortium militaire européen. EADS contrôle aussi Airbus. La société EADS collabore étroitement avec Israël Aircraft Industries, spécialisée dans la fabrication de drones. Ce partenariat opère avec la coopération de l’Etat français dont la Direction Générale de l’Armement (DGA) a mis sur pied un programme de deux milliards d’euros prévoyant la fabrication de 40 drones pour l’Europe. A quoi servent ces avions sans pilote ? A espionner la population palestinienne pour préparer les attaques d l’armée israélienne. Mais l’opération à Gaza nous a montré que certains de ces drones sont équipés de charges et frappent des cibles au sol. Les dernières semaines nous ont montré l’horrible efficacité de cette coopération dans la fabrication et la mise au point de ces engins de mort et de destruction.

Ce système consiste à financer l’industrie israélienne de la mort, à lui fournir le savoir-faire technologique des ingénieurs de Lagardère et, en retour, à profiter du savoir-faire acquis par Israël dans ses opérations militaires. Tout cela rapporte de merveilleux profits sur les marchés internationaux.

Un mot sur l’Italie : Sans doute plus que tout autre pays européen, l’Italie a offert un soutien concret à la dernière attaque israélienne sur Gaza. Quand les massacres ont commencé, début juillet, elle a offert deux avions d’entraînement à réaction M-346 à Hatzerim, une base aérienne dans le Néguev. Ces avions de guerre – les plus « avancés » de leur type, selon leurs fabricants – sont utilisés pour l’entraînement des pilotes dans des opérations simulant celles qui ont été exécutées durant le mois passé aux dépens de 1.800.000 Gazaouis.

Malgré les attaques qu’Israël a menées ces dernières années contre le Liban et contre Gaza, l’Italie a approfondi sa coopération militaire avec Israël.

Les deux avions sont les premiers d’un lot de trente avions d’entraînement M-346 achetés par Israël en 2012 à Alenia Aermacchi, une firme du Finmeccanica Group, le premier fabricant d’armes italien. Ils font partie d’un marché public « réciproque » qui favorise largement Israël. Les 28 avions restant doivent être livrés en 2016.

La Sardaigne a l’intention d’accueillir un exercice militaire multinational en septembre prochain. L’armée de l’air israélienne – celle qui a bombardé les femmes et les enfants à Gaza – doit y participer.

L’Allemagne mène une coopération militaire avec Israël depuis les années 1950. Elle a au cours des dernières années fourni à Israël des équipements pour les chars israéliens Merkava 3 et Merkava 4 qui ont occupé le Liban Sud en 2006 et Gaza déjà en 2009. Elle a livré également des batteries de défense anti-aérienne du type Patriot. D’autres domaines de coopération sont les équipements de communication et les systèmes électroniques et optiques. Cette coopération a toujours été gardée secrète. Ce que le prix Nobel de littérature Günther Grass a voulu dénoncer il ya deux ans lorsqu’il a dit ce qu’il faudrait dire « Was gesagt werden muss » et lorsqu’il a dénoncé la livraison par son pays de sous-marins à Israël susceptibles d’être ensuite équipés de têtes nucléaires. Une complicité pourrait découler pour l’Allemagne en cas d’attaque nucléaire préventive d’Israël contre l’Iran, a-t-il averti.

Berlin et Tel-Aviv ont conclu en 2005 un contrat de vente de sous-marins conventionnels de type Dolphin, dont un sixième exemplaire était sur le point d’être livré. Grass avait dénoncé le « silence généralisé » qui pèse sur cette question, évoquant un « mensonge pesant » parce que « le verdict d’antisémitisme tombera automatiquement » sur qui le rompra.

S’agissant du Royaume Uni, une collaboration étroite existe entre le gouvernement britannique et l’occupant israélien. Celle-ci passe en particulier par une coopération avec la société d’armement israélienne Elbit. Elbit Systems est le plus gros producteur d’équipement pour les drones. Neuf militants anglais agissant dans le cadre de la campagne BDS ont occupé le toit de la firme Elbit près de Birmingham. Ils ont fermé l’usine d’armes israélienne.

Ils exigent que le gouvernement britannique cesse sa collaboration militaire avec Israël et que l’usine Elbit Systems, plus gros producteur d’équipement pour les drones, soit définitivement fermée.

« Quand nos gouvernants soutiennent des crimes contre l’humanité, c’est à la société civile d’agir » , déclarent-ils dans un communiqué.

Le matériel pour drones fabriqué dans cette usine de Birmingham a été exporté vers Israël en 2010, 2011 et 2012, et ces drones sont utilisés dans les massacres en cours à Gaza, notamment l’Hermes 450, qui a déjà fait de multiples victimes pendant l’attaque « Plomb Durci » en 2008/2009 .

« Ce sont ces drones qui ont été testés en massacrant des Palestiniens que le gouvernement britannique achète. Le premier ministre David Cameron a du sang palestinien sur les mains, et il est urgent qu’il cesse d’encourager l’occupation, l’apartheid et le colonialisme israéliens en décrétant immédiatement un embargo militaire sur Israël, à commencer par ces drones qui sont un élément clé de l’arsenal de mort israélien »

« Il faut savoir qu’Israël ne peut agir tout seul, mais seulement avec le soutien de gouvernements et multinationales qui ont des noms et des adresses. Il est temps pour le mouvement de solidarité avec la Palestine de passer à la vitesse supérieure dans ses actions contre ceux qui soutiennent Israël de la sorte et profitent de l’apartheid israélien, afin d’isoler ce dernier ».

Seul point positif : le gouvernement espagnol a décidé de suspendre provisoirement sa coopération militaire avec Israël. Le Royaume-Uni annonce vouloir revoir ses licences d’exportation militaires. J’ajoute que la coopération militaire que je viens de signaler se fait en violation d’une directive de l’UE qui interdit toute livraison d’armes susceptible de favoriser la répression et d’aggraver le tensions dans une région déterminée. Mais là aussi l’hypocrisie de l’Europe est flagrante.

Je termine en rappelant que dans le récent appel que le Comité a adressé à notre Gouvernement nous lui demandons également de s’engager en faveur d’un arrêt de toute coopération militaire avec Israël.

  • Intervention de Claude Grégoire devant l’ambassade des Etats-Unis

Discours final en luxembourgeois >  plus loin la suite en français

Claude Grégoire est président du CPJPO

Et ass di 3. Manifestatioun seit dem Ufank vun deser neier Militäroperatioun géint de Gaza Sträifen, di 6. Breet Operatioun innerhalb vun 8 Joer, di bluddegst och. De Bilan vun de Victimen huet d’Operatioun „Plomb durci“ vun 2008-9 schon wäit iwwerschratt. Mir sinn hei fir eist Entsetzen auszedrecken, iwwert d’Kalbliddechkeet mat déer eng Besatzungsarméi honnerten vun Zivilisten, honnerten vu Kanner, ganz Famillen mat modernsten Präzisiounswaffen embruecht huet. Et ass keen Zweifel, dass dat keng Bavuren sinn, mee gezielt Morden u Menschen déi sech néirendwou kennen a Secherheet spieren.

Mee mir wessen och, dass sech des schrecklech Brutalitéit vun de leschten 4 Wochen aschreiwt an e Kontext vu Joerzengten Besatzung, Ennerdreckung, Apartheid a Siedlundspolitik. An de leschten 14 Joer sin am Duerchschnëtt all Woch méi wi 2 palästinensesch Kanner vun der israelescher Arméi embruecht ginn.

Mir hun eis virun der franséicher Botschaft versammelt, duerno ginn mir bei der däitscher a bei der tschecher Ambassade laanscht Richtung USA Botschaft. D’Botschaft vun G-B ass och net wäit vun hei. Ouni d’Komplizitéit vun de westleche Länner kéint Israel net mat senger mënsche-verueschtender Politik weidermachen.

Wéi oft hu mir vun europäeschen Staatsmänner de Mantra héieren, Israel hätt d’Recht sech ze verteidegen? Ob d’Palästinenser, déi et am néidegsten hätten, och dat Recht hun, huet kee gesot. Anscheinend net, well eng Haapt Fuederungen vum EU Conseil vum 22.7. zu Bréissel war d‘Entwaffnung vum Hamas.   D’Palästinenser hunn anscheinend nëmmen ee Recht, d’Recht ze stierwen. Ze stierwen ënnert de Bommen déi vun den USA geliwwert a finanzéiert ginn, aus Dronen erofgeworf déi mat europäescher Technologie ausstafféiert sinn. Hätten eis EU-Staatsmänner net vun Ufank un den israeleschen Discours iwwerholl, dann hätten vill Menscheliewen gerett kënne gin!

Mir hunn emsoss drop geward dass eis politesch Vertrieder hart an däitlech soen :

  • dass hëlleflos Zivilisten emzebrengen, näicht mat Verteidigung ze dinn huet, mee e Krichsverbriechen ass
  • dass strikt keng Rehtfertigung get fir eng ganz Bevölkerung wochelang ze terroriséieren
  • dass de Blokus vu Gaza an d’Asperren vun 2 Mio Leit illegal ass
  • dass d‘Sëcherheet vun Israel nëmmen dann kann garantéiert ginn, wann d’Besatzngs- an d’Siedlungspolitik ophéieren.
  • Mir hunn emsoss drop geward, dass si vum Internationale Recht schwätzen a vun elementare Menscherechter, déi fir jiddereen missten gëllen. A Latäinamerika hunn 7 Länner hier diplomatesch Vertriedung zréckgeruf aus Protest: si hun d’kolonial Gewaltherrschaft iwwerwonnen a sinn am Gang sech vum groussen Noper am Norden ze emanzipéieren. D’Europäesch Unioun huet leider deen aaner Wee ageschloen a mecht sech zu Komplize vun Krichsverbriechen.

D’Biller vun den Zerstéierungen am Gazasträifen verschloen engem den Otem. De fréieren Vize-Premier Minister Eli Yishai, hat et annoncéiert: (Zitat) „ Mir mussen Gaza an d’Mëttelalter zréckbommen, all Infrastrukturen zerstéieren, suguer d’Stroossen an den Accès zum Waasser“. Esou an ähnlech Stëmmen gin et ëmmer méi innerhalb vun der rietsextremer Regierung, innerhalb vun der Knesset, do héiert ee Parolen di opruffen zum Génocide   – mee dat hënnert vill EU-Politiker net drunn, weider vu gemeinsame Werter ze schwätzen a béscht Wirtschafts- Bezéiungen zu Israel ze flegen.

No éichten Schätzungen belafen sech d‘Zerstéierungen am Gazasträifen op 4 Mia. Mir wëssen, et sinn meechtens di nämlecht Konzerner déi duebel verdengen: un der Zerstéierung an duerno um Nei-Opbau. Wien awer soll dat financéieren? Sinn et erëm d’europäesch Bierger, an d’Täsch gräifen sollen – a Platz dass Israel zur Verantwortung gezun get? Mir wessen d’EU ass grosszügeg wat senger « Diplo­matie du carnet de chèques » – wéi den Dominique de Villepin dat an engem rezenten Artikel formuléiert. Si ass gäer bereet, fir erem opzebauen dat wat e besse mi spéit erem zerstéiert get. Mir hätte léiwer eng EU déi Israel zur Verantwortung zitt, eng EU déi Israel obligéiert d‘Internationalt Recht ze respektéieren. D’EU als 1. Handelspartner vun Israel hätt d’Mëttelen dozou.

Wann de Conseil des Droits de l’Homme vun der UNO eng international Enquête-Kommissioun zu eventuellen Krichsverbriechen an den Noen Osten schëckt, sinn et wéi ëmmer d’USA di als eenzeg dergéint stemmen, während all vertrueden EU Länner, dorenner FR, DE, G-B + TCH, sech feig der Stëmm enthalen.

Ech well awer hei ervirgehiewen, dass de letzebuerger Ausseminister ee vun de wéinegen Stëmmen an der EU ass, deen d’Virgoen vun Israel a Gaza kloer an däitlech verurteelt huet. Dat esou wuel am Conseil de Sécurité vun der UNO wéi och an internationalen Medien. Vun aneren Regierungsmembren a Regierungsparteien huet een leider net vill héieren.

An engem Appel un d‘ Letzebuerger Regierung fuedert den CPJPO:

  • dass si mat däitleche Wieder d’Verbriechen géint d’Menschheet a Gaza verurteelt
  • dass si sech asetzt fir en europa-wäiten Waffenembargo géint Israel
  • asetzt fir d’Suspensioun och vun den Associatiounsaccorden, déi Israel e privilégiéierten Accès an den europäeschen Bannemart erlaben, mee déi – nom Paragraf 2 – konditionnéiert sinn un de Respekt vun de Menschrechter
  • fir dass all Subventiounen un Israel, am Kader vu Recherche Programmer an Militär- an Iwwerwachungstechnologien, gestoppt ginn.

Am Ablack get zu Kairo verhandelt. Dobäi sinn d’Fuederungen vun der palästinensescher Säit – vun alle Fraktioune – esou legitim, dass si eigentlech missten vun der ganzer Weltgemeinschaft ënnerstëtzt ginn, och vun der EU. Palästina fuedert d’Recht an den eegenen Gewässer ze fëschen, d’eegent Land ze cultivéieren, op e Korridor tëscht Gaza an dem Westjordanland, esou wéi dat an den Accorden vun Oslo virgesinn war. Et fuedert virun allem d’Ophiewen vum Blokus vu Gaza an d’Liberatioun vun de Prisonnéier, Fuederungen déi den UNO-Resolutiounen entspriechen, Fuederungen déi och zwou Motiounen entspriechen déi vun allen Fraktiounen an der Letzebuerger Chamber votéiert goufen.

D’Europäesch Unioun huet sech joerelang engagéiert fir den Opbau vun engem palästinenseche Staat. Emsou méi schockant ass hier Haltung an de leschten 4 Wochen, hiert d’Schweigen, hier Aussoen, di e Blanko Cheque un Israel waren, mat senge bluddegen Bombardéierungen weiderzemachen. Mir welle keng Weltuerdnung, déi mat brutaler Waffegewalt imposéiert get. A wann net endlech Drock op Israel gemach get, dann ass dat nächst Krichs-Verbriechen schon virprogramméiert.

… la suite en français

Nous sommes ici face à l’ambassade des Etats-Unis, une cause principale de la tragédie au Proche-Orient. Sans le soutien inconditionnel des USA, Israël ne pourrait pas continuer sa politique brutale qui empêche toute solution au conflit.

Nous connaissons les quelque quarante vétos que les Etats-Unis ont utilisés à l’ONU, permettant à son allié de continuer à violer le droit international.

Encore récemment, les Etats-Unis ont été le seul pays au monde à s’opposer à l’envoi d’une commission d’enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis à Gaza – tous les Etats européens représentés se sont lâchement abstenus.

Il y a quelques jours, alors qu’Israël venait de bombarder pour la nième fois un centre de l’ONU, tuant des réfugiés, les Etats-Unis ont livré de nouveaux obus à Israël. L’aide militaire des Etats-Unis s’élève à 2 à 3 milliards de dollars par an.

Depuis toujours, les Etats-Unis font tout pour saboter l’idée d’une jurisprudence internationale. Forts de leur puissance militaire, ils se situent au-dessus du droit, tout comme leur allié Israël.

C’est un non-sens que les «  négociations de paix » soient toujours menées sous l’égide des Etats-Unis, avec leurs feuilles de route sans suite, alors qu’ils font plus partie du problème que de sa solution. Pourtant la solution est connue depuis longtemps : un Etat indépendant pour les Palestiniens à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Il faudrait obliger Israël à respecter le droit international. Son garant devrait être les Nations Unies.

C’est une triste ironie aussi que le prix de Nobel de la Paix, le président Obama, se rende complice de crimes de guerre à Gaza, de même que le deuxième prix Nobel de la paix, l’Union Européenne, qui s’est lâchement cachée derrière son silence ou a reproduit simplement l’argumentaire de l’Etat occupant.

Je souhaite vous faire part encore de trois lettres que le CPJPO vient d’envoyer :

  • L’une à l’Ambassadeur d’Egypte pour demander l’ouverture du passage de Rafah pour permettre le passage de l’aide humanitaire face à une catastrophe de grande ampleur
  • Les deux autres au Président de l’AP et au ministre des AE du Luxembourg, pour les encourager, chacun de son côté, à soutenir la plainte pour crimes de guerre déposée par le ministre de la Justice palestinien du gouvernement unitaire, résidant à Gaza.

L’impunité d’Israël doit cesser, les nombreuses victimes ont un droit à la justice. L’impunité invite à de nouveaux crimes. Malheureusement les Etats puissants font pression sur l’AP pour bloquer le recours à la CPI, plutôt que de faire pression sur Israël pour mettre fin à ces crimes de guerre. Pour cette raison l’AP, qui dépend du financement de l’UE, hésite à adhérer au statut de Rome qui permettrait à la plainte d’aboutir.

Dans ce contexte je vous lirai le message d’un diplomate palestinien :

« Je vous appelle à continuer à être mobilisé pour mettre fin à l’impunité d’Israël y compris en exigeant que vos Etats soutiennent une telle démarche palestinienne, et en continuant à nous appeler à saisir la CPI. Nous savons que nous allons encore une fois être punis pour avoir exercé un droit légitime, où partout ailleurs on aurait félicité un Etat pour avoir fait une telle démarche, mais le prix que nous payons pour l’impunité d’Israël est bien plus élevé. »

« Il est essentiel que la Cour pénale internationale mène une enquête afin d’en finir avec cette culture généralisée de l’impunité. » : Amnesty International

N.B.: présence d’Amnesty International Luxembourg pour faire signer une  pétition appelant à un embargo sur les armes.

  • Intervention de Michel Legrand : Lettre de Nurit Peled-Elhanan au mouvement de solidarité

Michel Legrand est membre du CA du CPJPO et ancien président

Chers amis et militants de la paix,

Je vous écris depuis la bouche de l’enfer. Génocide à Gaza, pogroms et massacres en Cisjordanie et la panique des roquettes sur Israël…

[Et Mme Peled de rappeler les événements qui ont servi de prétexte à un assaut israélien planifié depuis longtemps. Elle rappelle ensuite les principaux « faits sur le terrain » accomplis quotidiennement et systématiquement par les forces israéliennes : colonies et destructions de maison, rationnement de l’eau, routes de ségrégation, points de contrôle, arrestations administratives, siège de Gaza … Elle en déduit et poursuit :]

Le caractère non démocratique de l’Etat d’Israël est de plus en plus en train de se transformer en un Etat d’apartheid dangereux. Toutes ces atrocités ont été conçues par le même esprit diabolique et criminel – l’esprit de l’occupant raciste et impitoyable de la Palestine.

Par conséquent, la responsabilité de tous ces crimes contre l’humanité doit être imputé à qui de droit : aux mains sanglantes des dirigeants politiques racistes d’Israël , des généraux, des soldats et des pilotes, des hooligans de la rue et des membres de la Knesset. Tous sont coupables de l’effusion de sang et devraient être traduits devant la Cour pénale internationale de justice.

A ce jour, la communauté internationale n’a pas fait assez pour arrêter le régime d’occupation israélien. Les pays européens l’ont sévèrement critiqué alors que dans le même temps, ils continuaient à coopérer pleinement avec Israël, économiquement, politiquement et militairement. En conséquence, Israël ne paie pas de prix pour ses graves violations du droit international et des valeurs humaines.

Au contraire, c’est l’Europe qui paie pour la plupart des dommages humanitaires de l’occupation, ce qui rend encore plus facile pour Israël de la maintenir.

[N. Peled cite alors quelques timides mesures prises au cours des derniers mois par l’UE. Elle poursuit :]

Les mesures prises à ce jour ne remettent pas sérieusement en cause la politique israélienne en Palestine occupée. L’Europe pourrait faire beaucoup mieux, ainsi que l’illustre sa réponse dure à l’annexion de la Crimée par la Russie. En quelques semaines, l’Union européenne a imposé des sanctions ciblées sur les responsables russes et ukrainiens et lss entreprises commerciales en activité en Crimée. L’UE est allée encore plus loin et a élargi les sanctions en interdisant l’importation de marchandises de Crimée.

Nous, les citoyens d’Israël et les apatrides de la Palestine, ne pouvons pas réaliser par nous-mêmes la fin de l’occupation et arrêter le bain de sang. Nous avons besoin de l’aide de la communauté internationale en général et de l’UE en particulier. Nous avons besoin de vous pour poursuivre en justice le gouvernement et l’armée israélienne, nous avons besoin de vous pour boycotter l’économie et la culture israélienne, nous avons besoin de vous pour exhorter votre gouvernement à cesser de tirer profit de l’occupation et nous avons besoin d’appeler à un embargo des armes contre Israël et à lever le siège de Gaza.

Israël est la plus grande et la plus dangereuse organisation terroriste existant aujourd’hui. Toutes ses munitions sont utilisées pour tuer des civils innocents, femmes et enfants. Ce n’est rien de moins qu’un génocide. Comme lauréate du Prix Sakharov du Parlement européen pour les Droits de l’Homme, en tant que mère et en tant qu’être humain, je demande à l’UE d’utiliser tous les outils diplomatiques et économiques à sa disposition pour aider à sauver mon pays de cet abîme de mort et de désespoir dans lequel nous vivons.

S’il vous plaît, il faut mettre Israël au ban de la communauté internationale jusqu’à ce qu’il devienne un véritable Etat démocratique, et il faut boycotter et sanctionner quiconque fait des affaires avec cet état d’apartheid et nous aider à nous débarrasser de ce gouvernement raciste et sanguinaire pour restaurer la vie des Palestiniens et des Juifs eux-mêmes.

Nurit Peled-Elhanan – Professeure à l’Université Hébraïque de Jérusalem – En solidarité avec tous les résistantes/résistants juifs anticolonialistes et antisionistes d’Israël et du monde entier

  • Intervention de Claude Abou Samra

Claude Abou Samra est présidente de l’ AFPS Metz 

Lecture de la lettre d’une amie de Gaza

Chers amis,

Je vous ai déjà parlé de ce qu’on ressent, moi, ma famille, mes enfants et mes étudiants. Je ne vous ai pas encore parlé de Walid, professeur de français à Gaza, qui habitait à Khuzaa, ce beau village transformé en pierres ruines ? par les criminels israéliens. Walid est résistant mais pas militaire : il lutte toujours contre le désespoir de ses étudiants, il lutte pour qu’ils apprennent à vivre, à bien vivre avec de bonnes valeurs qui servent à construire leur avenir. Walid, cet homme sérieux qui sait rigoler, rire et faire rire aussi, très sérieux avec ses étudiants, sévère même, est respecté par tous ses étudiants, ses collèges voire par tous les gens qui le connaissent.

Cet homme qui parlait avec amour de son village, Khuzaa, m’a dit un jour qu’il n’allait jamais quitter sa maison tout près de la frontière quoi qu’il arrive. Il était sérieux et il est resté chez lui en 2008 et en 2012 lors des deux offensives sur Gaza en ces années. Cette fois-ci, il a été obligé d’évacuer avec sa famille, ses parents et ses frères de leur maison surtout qu’ils étaient tous à l’hôpital suite au lancement du phosphore blanc par l’armée israélienne. Ils ont bien fait d’être sortis parce que leur maison a été détruite !! Ils ont perdu autant de membres de leur famille, de ceux qui sont restés chez eux ou d’autres qui sont allés dans des quartiers dits plus sûrs !

Je pense fort à ses trois enfants plus âgés que mon fils : ces enfants qui comprennent mieux que mon fils qu’il y a de la mort autour d’eux et parfois tout près d’eux et qui ont vu plein de choses qu’un papa ou une maman ont du mal à expliquer à leurs enfants. Jamais, les parents ne veulent que l’idée même de la mort arrive dans les pensées ou dans les rêves de leurs enfants.

Walid, cet homme très dynamique avait une voix forte, rassurante, confiante, radieuse et active, une voix montrant que c’est une personne qui aime vivre et qui veut profiter de chaque moment de sa vie pour se faire plaisir. Aujourd’hui, on ne peut reconnaitre facilement sa voix qui a perdu tous les qualificatifs précédents : sa voix est devenue complétement différente, triste, faible et perdue, on ne peut plus distinguer les aigus des graves.

Je n’ai pas eu le courage de regarder le film qu’avait montré Aljazeera sur Khuzaa, le village de mon ami.

Quand je regarde les images du quartier Shujaeya, à l’est de Gaza, du village de Khuzaa, à l’est de Khan-Younes, de Beit-Hanoun au nord de la bande de Gaza ou de Rafah au sud, et que je vois toutes ces destructions et tous ces morts et blessés, je me souviens de chaque mot qu’a utilisé mon grand-père pour décrire les massacres qu’ont commis les criminels israéliens contre notre peuple et nos villes et villages en 1948, et je me dis tant mieux pour mon grand-père qu’il soit mort avant de voir une nouvelle Nakba.

Une catastrophe environnementale peut arriver à Gaza si l’offensive israélienne n’arrête pas le plus vite possible à cause des poubelles des réfugiés dans les écoles de l’UNRWA et des cadavres qui restent des semaines sous les décombres.

Chers amis,

Walid, comme je l’ai déjà dit, est professeur de français. Si vous voulez lui écrire pour lui donner la force, l’espoir et le courage dont il a besoin, je pourrais lui transmettre tous vos messages.

Priez pour que mon fils puisse sortir demain. On parle d’une trêve de 72h qui doit commencer à 8h demain matin. J’espère, comme tous les Gazaouis, qu’Israël n’y mettra pas fin demain pour chercher un autre soldat dans un autre quartier.

Notre nuit pleine de destruction, de sang, de peur et d’attente accompagnés des bruits insupportables des drones a déjà commencé.

Salma AHMED ELAMASSIE

GAZA, le 4 août 2014

  • Mot de la fin de Claude Grégoire

Que pouvons-nous faire – simples citoyens – pour que cette violence cesse ?

Nous pouvons soutenir des organisations humanitaires, comme Médecins sans frontières qui sont sur place. La situation humanitaire est extrême, Gaza manque de médicaments, de vivres, d’eau, d’électricité. Une catastrophe humanitaire s’annonce.

Nous pouvons aussi refuser la politique-même qui entraîne ces catastrophes sans fin, nous pouvons boycotter les produits israéliens. L’UE est de loin le premier partenaire économique d’Israël qui exporte notamment vers nos magasins des fruits et légumes en provenance des colonies juives, cultivées sur des terres volées aux paysans palestiniens, irriguées avec de l’eau volée aux Palestiniens. Ne pas les acheter est un geste citoyen pour dire non à cette violence ! Demandons aux magasins d’où proviennent les produits non étiquetés, c’est notre droit de consommateur. Tournons le dos à des chaînes comme Auchan qui continuent à vendre de nombreux produits des colonies illégales ! Le CPJPO soutient la campagne internationale BDS qui a été lancée par la société civile palestinienne.

Nous pouvons finalement continuer notre engagement pour la paix et la justice ! Je vous propose de rester en contact, vous pouvez vous inscrire à la Lettre Info du CPJPO et être informé des événements organisés aux Luxembourg, dans les environs et de l’actualité au Proche-Orient.

  • Poème de Mahmoud Darwish, présenté par Sylvie Teissier

Nous aussi, nous aimons la vie

Nous aussi, nous aimons la vie

Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens.

Nous dansons entre deux martyrs et pour le lilas entre eux, nous dressons un minaret ou un palmier.

Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens.

Au ver à soi, nous dérobons un fil pour édifier un ciel qui nous appartienne et enclore cette migration.

Et nous ouvrons la porte du jardin pour que le jasmin sorte dans les rues comme une belle journée.

Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens.

Là où nous élisons demeure, nous cultivons les plantes vivaces et récoltons les morts.

Dans la flûte, nous soufflons la couleur du plus lointain, sur le sable du défilé, nous dessinons les hennissements

Et nous écrivons nos noms, pierre par pierre. Toi l’éclair, éclaircis pour nous la nuit, éclaircis donc un peu.

Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens.

Mahmoud Darwich – 1986

Vous aimerez aussi...