Guerre contre Gaza – appel au gouvernement luxembourgeois

L’opération militaire qu’Israël mène depuis bientôt quatre semaines à Gaza est d’une violence inouïe. La 5e armée du monde bombarde intentionnellement avec des armes de précision des écoles des Nations-Unies, des hôpitaux, des centres pour handicapés ou personnes âgées, des terrains de jeu, une centrale électrique…Plus de 200 000 civils sont chassés de leurs foyers et entassés dans un vrai ghetto. En sécurité nulle part, sans possibilité de fuir, on les bombarde dans leurs foyers, dans les centres de réfugiés, dans la rue. Deux millions d’êtres humains sont terrorisés et confrontés jour et nuit, chaque seconde, à la mort. Des quartiers entiers sont rasés, des familles entières anéanties. Ce sont des massacres délibérés de civils, des crimes de guerre injustifiables.

L’objectif de cette nouvelle guerre est de détruire le gouvernement d’unité nationale et toute solution politique au conflit pour continuer à s’accaparer les terres et les richesses de la Palestine. Sûr de sa force militaire, de son impunité et du soutien de ses alliés, Israël ne propose pas d’autre solution que la guerre perpétuelle ou la soumission totale.

Alors que la plupart des pays du monde condamnent ces crimes, les Etats-Unis continuent à soutenir leur allié, à financer son armée avec des milliards de dollars chaque année, à mettre à sa disposition de nouveaux obus, alors même que celui-ci vient d’assassiner pour la nième fois des réfugiés dans des installations des Nations-Unies. Il est de même inadmissible que certains Etats membres de l’UE, comme l’Allemagne, poursuivent leur coopération militaire avec Israël.

Pendant qu’Israël tue des enfants en connaissance de cause, nombreux sont les dirigeants européens qui font semblant de croire aux discours des porte paroles israéliens, parlant du seul droit à se défendre d’Israël, appelant son gouvernement à la « retenue » et au désarmement du Hamas. Les pays européens s’abstiennent lorsque le Conseil des Droits de l’Homme demande une enquête internationale sur les crimes de guerre commis des deux côtés. Les citoyens européens sont révoltés de voir leurs dirigeants se rendre ainsi complices de crimes de guerre, les nombreuses manifestations en témoignent.

Dans le cadre des négociations pour un cessez- le- feu, les revendications des Palestiniens – Hamas et Autorité palestinienne – sont légitimes : levée du blocus de Gaza, libération des prisonniers, retrait des forces d’occupation. Elles ne sont rien d’autre que les résolutions adoptées par le Conseil et l’Assemblée générale des Nations Unies. Elles correspondent également à deux motions votées à l’unanimité [ moins une voix ] par la Chambre des Députés du Luxembourg.

Le peuple palestinien subit depuis des décennies quotidiennement la violence de l’occupation, de la colonisation, du blocus. Il a le droit de résister, le droit de revendiquer une vie normale dans la dignité, le droit de revendiquer un Etat.

Nous demandons au gouvernement luxembourgeois :

  • de dénoncer les crimes de guerre et le non-respect du droit humanitaire
  • de demander un arrêt immédiat de tous les bombardements
  • de soutenir la plainte pour crimes de guerre déposée devant la Cour Pénale Internationale par le Ministre de la Justice vendredi 25 juillet 2014 et confirmée par la décision du Président Abbas de signer le Statut de Rome : Il s’agit d’empêcher la poursuite des massacres et de mettre fin à l’impunité d’Israël.
  • de conditionner la poursuite de la coopération économique privilégiée entre le Luxembourg et Israël au respect par cet Etat du droit international et des droits de l’homme
  • de prendre position en faveur de l’arrêt de toute coopération militaire avec Israël
  • de s’engager en faveur de la suspension de l’accord d’association entre l’UE et Israël, vu la violation flagrante, par Israël, de l’article 2 par lequel les deux parties se sont engagées au respect des droits de l’Homme
  • d’œuvrer au sein de l’UE pour mettre un terme aux subventions des programmes de recherche permettant à Israël de perfectionner son système de répression et ceci aux frais du contribuable européen. Pour mettre fin aussi aux livraisons d’armes à Israël.

Car sans pressions externes, sans sanctions, sans prix à payer pour sa politique inhumaine, Israël ne retrouvera pas le chemin conforme à ses obligations internationales.

Vous aimerez aussi...