Communiqué de presse du CPJPO : L´Union européenne, victime consentante d’Israël ?

Le Luxembourg fait partie des Etats donateurs d´un projet d´installations scolaires et solaires en Cisjordanie occupée, un projet réduit à néant en août dernier : l’armée israélienne a en effet détruit les salles de classe à la veille de la rentrée scolaire et confisqué les panneaux solaires. Fait plus rare, le Luxembourg fait également partie d´une petite coalition de pays de l´UE qui ont demandé compensation pour ce projet et qui placent ainsi Israël devant ses responsabilités.

L´initiative est inédite. D´habitude, les Etats concernés se limitent à regretter les faits. Alors que beaucoup d´Etats refusent d´entrer dans un rapport de force avec Israël, cette initiative est un petit pas modeste dans la direction non pas tant de l´application du droit international – on en est loin – mais en direction de plus de respect de soi-même. Car, comment nos institutions ont pu laisser passer en toute impunité des vols et des destructions répétés de projets humanitaires, financés par les contribuables européens ?

1,2 million d’euros de projets européens anéantis par Israël

Dans leur déclaration aux lendemains des destructions et confiscations, les représentants de l’UE à Jérusalem et Ramallah se sont dit « préoccupés ». Un terme bien faible. Pourtant, ces mêmes représentants semblent conscients de la politique de ségrégation qu´applique Israël puisqu’ils appellent les autorités israéliennes à “cesser leur politique d’attribution de la terre aux seuls Juifs et d’obstruction au développement palestinien”. Toujours est-il que l´UE ne veut pas aller plus loin. Le porte-parole s´en tient au dialogue: “The EU has raised these matters publicly and privately in its dialogue with the Israeli authorities.”

Le dialogue pour le dialogue ? Depuis 2009, le montant total des équipements financés par l’UE ou des Etats membres qu’Israël a démantelés et saisis s’élève à 1,2 million d’euros, dont 557 000 euros pour la seule année 2016. En structures, cela fait 1 094 structures palestiniennes démolies ou saisies en 2016. Et depuis début 2017, 344 structures palestiniennes ont été démolies. Des chiffres qui choquent. Quand tombera enfin la goutte de trop menant à des sanctions en bonne et due forme ? En tant que premier partenaire commercial d’Israël[1], l’UE a les moyens de faire pression sur son gouvernement d’extrême-droite qui se croit tout permis.

LE MONDE.FR

The Office of the European Union Representative (West Bank and Gaza Strip, UNRWA)

ELECTRONIC INTIFADA

[1] En 2013 p.ex., 33% des exportations israéliennes se dirigeaient vers le marché européen

 

Vous aimerez aussi...